La famille Bélier, un bol d'air frais!

Comme beaucoup de français, je n'ai pu échapper au phénomène ciné du box-office français, "La famille Bélier"! Sans mauvais jeux de mot, je vous invite à foncer le voir la tête en avant!

Quand le succés et la qualité sont au rendez-vous, il ne faut pas bouder son plaisir!

Au départ, tout appriori dehors, je me disais "bof" encore un film français plein de bons sentiments avec un scénario cousu de fils blancs et, à part l'idée de la famille sourde, je n'y voyais pas grand intérêt. Mais, en voyant la bande-annonce au cinéma et en entendant raisonner la chanson "Je vole" de Michel Sardou interprêtée par Louane, je suis restée sans voix avec une larme au coin de l'oeil. Pourtant, Michel Sardou n'a jamais fait parti de ma discothèque personnelle mais que voulez-vous, j'étais déjà sous le charme de ce petit bijou.

Alors oui, ne vous attendez pas au film qui va bouleverser votre vision du cinéma avec une mise en scène spectaculaire ou des prises de vue que l'on n'a jamais vues avant! Heureusement, le cinéma ce n'est pas que de la prouesse technique, c'est aussi une belle histoire avec des personnages justes et attachants dès les premières minutes. Et on entre très facilement dans le quotidien de cette famille pas tout à fait comme les autres. Il y a la ferme, les animaux, la boue, la paille, la naissance d'un petit veau, et il y aussi Paula, une jeune adolescente qui, comme beaucoup de jeunes vivants à la campagne, doit se lever tôt pour prendre le seul bus du coin pour aller au lycée. Elle doit aussi gérer l'entreprise familliale car elle est le seule entendante de la famille. Le week-end, elle aide à la vente de fromages au marché, bref, elle a peu de temps à consacrer aux activités frivolles et nécessaires des jeunes de son âge. Puis un jour, tout change, elle découvre son talent vocal et pense enfin qu'elle aussi sa vie à vivre!

Tout est dit, le point crucial du scénario, c'est ce moment de l'adolescence où l'on n'a pas encore envie de s'éloigner du cocon famillial mais où l'on sait qu'on ne pourra pas faire autrement. Pareil à un enfant qui se tient sur son vélo sans ses roulettes devant ses parents fiers de lui et tristes à la fois de le voir se débrouiller seul. Paula elle aussi part, elle le chante si bien "mes chers parents je pars, je vous aime mais je pars, vous n'aurez plus d'enfant ce soir" et lorsqu'elle enfourche son vélo pour rejoindre son professeur de chant, elle s'éloigne de la ferme ( de l'enfance) chaque jour un peu plus.

Quant à ceux qui sont allergiques à Michel Sardou et au chant, passez votre chemin ou faites preuve d'ouverture d'esprit. Car, le chant ici est un pretexte, cela pourrait être le sport, le dessin... La surdité de cette famille n'est également qu'un détail, il sert la dramaturgie du récit, en fait cette famille est comme les autres. Monsieur et Madame Bélier voient leurs enfants grandir et se retrouver seuls est forcément une source d'angoisse et lorsqu'ils se demandent s'ils ont failli à leurs rôles de parents, s'ils n'ont pas su être à "l'écoute" c'est bien évidemment tout le contraire. Parfois leur fille a honte d'eux mais, qui, adolescent, n'a pas eu honte de ses parents venus le chercher au lycée dans une vieille voiture?

Ce film est également très drôle! Par petites touches, il nous montre les apprioris de chacun et notre ignorance du monde des malentendants. Les scènes du marché, où le Maire faisant sa promotion post-élection se sent obligé de hurler lorsqu'il s'adresse à la famille Bélier, sont hilarantes. Tout comme le rapport des "Béliers" avec un autre malentendant qui, selon eux, fait de la mauvaise publicité aux personnes sourdes. Les scènes matinales où le bruit des casseroles, des chaises, des tartines qui craquent sous les dents envahissent l'espace sonore de Paula ainsi que les échanges entre les parents qui s'interpellent en allumant des lampes nous permettent de nous familliariser avec un monde que l'on ne connait pas forcément. La force de caractère de tous les membres de cette famille témoigne que la différence ne fait pas tout, elle est finalement une richesse.

La famille Bélier parle à chacun d'entres nous, à nous de savoir écouter ce qu'elle a à nous dire, en signant, en chantant....Il faut juste se laisser porter par ces fabuleux acteurs dont Karin Viard et François Damiens. Leurs silences et leurs regards suffisent pour nous émouvoir et Eric Elmosnino le professeur de chant est délicieusement irréverencieux. Quant à Louane Emera, nouvelle star ou pas, elle est parfaite, fraîche et éclatante. Une jolie pépite d'or brut qui a réussi à redonner aux chansons de Michel Sardou un nouveau souffle. Et surtout n'oubliez pas " la vie c'est plus marrant, c'est moins désespérant en chantant!"

Bande-annonce: ici


Mots-clés :

© 2020 Aux oubliettes de l'Histoire

Created with Wix.com

  • Facebook Black Round