Ma poésie, parfois elle rime avec joie et parfois pas....


Fidèle Amie

Juste elle et moi ce soir

Chuchotant dans le noir

Plongées dans un opaque brouillard

On s’écoute sans se voir

Elle se confie tout-bas

Et je lui dis des choses qu’elle ne répètera pas

Confidentes intimes

On se livre nos secrets anonymes

Avouant ce qui nous blesse

Nos chagrins et nos faiblesses

Nos cicatrices invisibles

Notre perte d’équilibre

Notre envie de foutre le camp

Notre volonté d’aller de l’avant

Notre peur au soleil levant

Quand s’écoule le sable dans le sablier du temps

Alors que la vie suit son cours

On se retrouve à la tombée du jour

Toutes deux sans le moindre bruit

On parle de ce qu’on n’a jamais dit

On s’interroge sur la destinée et l’au-delà

Sur ce qui nous pousse à continuer pas à pas

À marcher sur une route mal éclairée

Par des lampadaires qui clignotent à moitié

On se met à rire parfois

En s’exclamant qui vivra verra

Il arrive même que l’on soit séduites

Que l’on s’abandonne très vite

Dans les bras d’un bel inconnu

Qui au lever du jour aura disparu

On se dit qu’après tout

La jouissance a bon goût

On rougit aussi

De se laisser aller ainsi

J’écris auprès d’elle

Tout ce dont je rêve

On s’interroge sur la destinée et l’au-delà

Sur ce qui nous pousse à continuer pas à pas

À marcher sur une route mal éclairée

Par des lampadaires qui clignotent à moitié

J’écoute à mon tour

Son silence jusqu’au petit jour

Puis, je la laisse se reposer

Jusqu’à ce que le soleil aille se coucher

Alors on se retrouve dans le noir

Plongées dans un opaque brouillard

Deux compagnes sous la lune

Qui se racontent leur infortune

Auprès de cette épaule fidèle

Jusqu’à ce que le jour se lève, je veille

Sœurs de cœur, sœurs de sang

Je sèche ses pleurs et elle console mes tourments

Plongées dans l’insomnie

On passe ensemble une grande partie de ma vie

Compagne d’infortune sous la lune

Elle guide dans l’obscurité ma plume

Toujours à mes côtés auprès de mon lit

La nuit est ma plus fidèle amie

Avant que tu me manques

Avant que tu me manques J’aimerais te prendre dans mes bras Te sentir fort contre moi Me perdre dans tes yeux Me laisser aller au merveilleux Avant que tu me manques Je voudrais apprendre ton visage par cœur Garder sur ma peau un peu de ton odeur Emmêler mes doigts dans les tiens Caresser tes cheveux et le bout de tes seins Avant que tu me manques M’enivrer de tes baisers Savourer le goût de ta nuque parfumée Passer ma main entre tes cuisses Embrasser ton corps avec délice Avant de ne plus pouvoir me passer de toi De ne plus supporter que tu t’éloignes trop loin Je veux tatouer ma peau de ton parfum Et comme un porte bonheur qui ne se quitte pas T’emporter avec moi partout où tu n’es pas Avant de ne plus savoir vivre sans toi M’habituer à te voir partir Te regarder t’éloigner avec le sourire Apprendre à respirer sans oxygène En attendant que tu reviennes Avant que tu me manques trop Que je ne puisse plus me passer de ta peau Avant d’être en manque de toi De trembler de partout et d’avoir froid Je veux emmêler mes doigts dans les tiens Caresser tes cheveux et le bout de tes seins

Traverser la vie en courant

Je veux traverser la vie en courant Pour que jamais personne ne me passe devant Je veux sentir le vent traverser mon corsage Prendre la vie à l’abordage Fini de jouer les enfants sages Je vais tout dévorer sur mon passage Et ne pas laisser au temps Le soin de me passer devant Je veux traverser la ville le plus vite possible Courir en équilibre sur un fil invisible Ne laisser personne me dépasser en double file Fini de jouer à la fille docile A bord d’un cyber bolide Je passe sur la voie rapide Le pied sur l’accélérateur Le cœur en apesanteur Et ne pas laisser au temps Le soin de me passer devant Je veux traverser les plus hauts sommets Sans voir le vide sous mes pieds Sans aucune corde pour m’assurer Grimper à l’aide seule de mes poignets Descendre en rappel les yeux fermer Sans personne pour me guider Et ne pas laisser au temps Le soin de me passer devant Je veux traverser ton cœur d’une flèche dorée Toucher ton âme de mes baisers Mes doigts et les tiens mélangés Sentir ta peau contre la mienne brûler Se consumer de désir peu à peu Nos deux corps enflammés prendre feu Et ne pas laisser au temps Le soin de me passer devant

Je veux traverser les zones de turbulences Pendant que retentissent les sirènes d’ambulances Conduire avec toujours plus de puissance Ma vie vers la transcendance Sans cesse faire accélérer la cadence Empêcher que ne s’installe la prudence Vivre plus vite sans remord Empêcher mon cœur d’être au point mort Et ne pas laisser au temps Le soin de me passer devant

© 2020 Aux oubliettes de l'Histoire

Created with Wix.com

  • Facebook Black Round