Rennes le Château et son mystérieux trésor!

Il était une fois un abbé, Bérenger Saunière. Il fut nommé curé de la paroisse du village de Rennes le Château en 1885. En quelques années, ce nouveau venu parvint à bouleverser la paisible vie des villageois. Plus rien ne sera jamais comme avant...

Selon la légende, il aurait découvert un trésor en effectuant des travaux de rénovation dans l'antique église du village dédiée à Sainte Marie-Magdaleine. Cette fabuleuse découverte lui aurait permis de rénover l'église et de se faire construire une somptueuse maison, la villa Béthanie. Surplombant la vallée, il fit également érigé un chemin de ronde terminé par une haute tour crénelée, la Tour Magdala, qui servait de bibliothèque. Malgrè les remontrances de son supérieur direct, l'évêque de Carcassonne, Monseigneur Arsène Félix Billard, puis celles de son successseur, Monseigneur Paul Félix Beuvain de Beauséjour, il gardera le secret de cette fortune soudaine jusqu'à son dernier souffle le 22 Janvier 1917. Sa gouvernante et "maîtresse" Marie Dénarnaud, fidèle à la mémoire de l'abbé, ne révèlera pas non plus l'origine du trésor à sa mort le 29 Janvier 1953. Depuis lors les spéculations vont bon train...

Le trésor soit disant découvert par l'abbé Saunière serait celui des Seigneurs Wisigoths, qui, entre le V et VIIIème siècles avaient élargi leur royaume jusqu'au Sud Ouest de la France. Toulouse fut la capitale de leur royaume, et Carcassonne une de leur place stratégique. Lorsqu'ils furent renversés par les Francs de Clovis, ils se replièrent à Carcassonne et Narbonne. Ils occupèrent alors ces deux villes jusqu'au VIII ème siècle. Puis, ils finirent par quitter le royaume des Francs. Dans leur fuite, ils auraient caché une partie de leur trésor dans une de leur place forte, "Rhedae" alias Rennes le Château.

Le trésor des Seigneurs Cathares persécutés dans la Région au XIème siècle fut un temps évoqué comme le précieux magot découvert par l'abbé. Celui des Templiers venus le cacher dans la région, et celui des Rois Maudits, les mérovingiens écartés du pouvoir royal par la lignée de Charlemagne et des carolingiens et enfin celui des Seigneurs d'Hautpoul, ancienne famille de la noblesse languedocienne. Mais, si la légende perdure et a largement dépassé nos frontières, ( elle a notamment été évoquée dans le best seller Da Vinci Code ) on le doit à Noël Corbu et ses descendants.

En effet, à partir des années 40, Noël Corbu, un entrepreneur de la région qui a eu vent de l'affaire de l'abbé Saunière rencontre Marie Denarnaud, l'ancienne gouvernante et seule héritière de l'abbé. Esseulée et âgée de plus de 70ans, il lui propose de prendre en viager la villa Béthanie, le presbytère et la Tour Magdala, et de subvenir à ses besoins jusqu'à sa mort. Il espère également en échange obtenir le fin mot de cette mystérieuse fortune. Hélas pour lui, le 24 Janvier 1953, Marie est victime d'une attaque cérébrale qui la paralyse et la rend muette. Elle finit par s'éteindre le 29 Janvier en emportant avec elle le secret de l'abbé Saunière. Malgrè tout, Noël Corbu rebondit. Il transforme la villa Béthanie en hotel restautant "L'hotel de la Tour" et joue à fond la carte du mystérieux trésor! Ainsi, lors d'une interview réalisée par le journal la Dépêche en 1956, Corbu n'hésite pas à se déguiser en abbé, pour quelques clichés et avoue connaître la cachette et l'origine du trésor. L'enigme semble alors avoir trouvé son dénouement! L'abbé serait tombé par hasard sur un trésor enfoui en 1249 sous son église par Blanche de Castille pour mettre la cassette royale à l'abri de l'avidité de vassaux opprimés alors que le roi était parti en croisade. Cependant, il ne put apporter les preuves de ses déclarations. Les spéculations reprirent de plus belles.

Dès lors, tel un virus, une folie chercheuse se propagea dans le monde entier. Victime de son succés, le trésor caché de l'abbé amène, sur la colline qui abrite le petit village, les chercheurs les plus illuminés. Tous ont élaboré des théories plus ou moins fondées et creusent partout où ils le peuvent. Tant et si bien que la commune doit mettre en palce en Juillet 1965 un arrêté pour interdire les fouilles. De nombreux historiens se sont également intéressés à cette énigme. De toutes les théories qui existent, voici celle qui me semble la plus censée.

Selon certaines sources, l'abbé Saunière aurait découvert 3 parchemins dissimulés dans l'autel de l'église sainte Marie Magdaleine. Il aurait fait part de sa découverte à son supérieur l'évêque de Carcassonne, Monseigneur Billard. Sur ses conseils, il serait alors parti à Paris pour les confier l'abbé Bieil, un des abbés savants de l'église Saint Sulpice. Il les aurait alors vendu et aurait touché une somme assez importante. En effet, parmi les 3 documents, l'un d'entre eux était l'arbre généalogique des rois mérovingiens. Ils prouveraient l'usurpation du pouvoir par les carolingiens et par la même le droit des descendants des mérovingiens à régner sur la France. Les deux autres étaient les testaments des Seigneurs François Pierre et Henri d'Hautpoul.

Malgrè tout, cela ne constituait pas un butin assez conséquent pour offrir un train de vie aussi faste que celui de l'abbé. a ce sujet, le témoignage d'un vicaire à l'évêque de Carcassonne est sans appel. L'abbé commandait des quantités d'alcools astronomiques et hors de prix, un fût de 45 litres de rhum de Martinique, 53 litres de Banyuls, 12 litres de Muscat...

Il conviait régulièrement à sa table de riches convives. On dit également que lors de son séjour parisien, il aurait rencontré des personnalités fans d'occultisme. Il aurait alors par la suite proposer la vente de messes noires.

Ma théorie, moi aussi, j'ai cédé à la tentation de chercher une explication à tout cela, donc ma théorie est la suivante. Profitant de ses connections avec le réseau des fans de l'occulte, il aurait alors disséminé un peu partout dans les renovations des symboles tels que le diable en guise de bénitier qui vous accueille à l'entrée de l'église, des statues un rien sataniques qui décorent les allées du cimetière, une tête de mort qui vous fait face sur le fronton de la porte du cimetière ( dont l'accès a été interdit pour éviter les dégâts occasionnés par les coups de pelles des illuminés en quête de trésor! )...

Pour moi, il s'agirait ni plus ni moins que d'une affaire de "mershandising". Bérenger Saunière s'est aperçu que toutes les spéculations autour de son mystérieux trésor et ce nouveau public des sciences occultes allaient lui permettre de faire des affaires. Il est à sa façon un précurseur! Son trésor, il se l'ai constitué lui même. Il a su profiter d'une opportunité et entretenir le mystère pour faire fructifier son argent. A-t-il poussé le jeu de la mise en scène en effaçant sciemment les épitaphes des tombes de la famille Hautpoul pour entretenir l'idée qu'il aurait voulu faire disparaitre d'éventuels indices laissés sur les tombes et menant au trésor des Hautpoul? Une autre de ces étranges lubies, posséder une ménagerie constituée essentiellement d'ara et des singes. A-t-il fait venir ces animaux, dont la symbolique est associée au diable, pour entretenir ce côté "obscur"? De nos jours, il serait un bloggeur suivi par des milliers de followers. Suivant l'air du temps, il aurait écrit la saga littéraire Twilight que ça ne m'étonnerais pas!

Toujours est-il que la visite à Rennes le Château vaut le détour. Vous pourrez visiter la villa Béthanie devenue un musée à la demande de la famille Corbu, ainsi que le presbytère et la tour Magdala. Vous pourrez lire les coupures de presse et découvrir les théories les plus folles. Vous pourrez vous même vous prêter au jeu de piste laissé par cet abbé mystérieux et élaborer votre propre plan en parcourant la petite église.

J'ai d'ailleurs relevé une étrange coïncidence. J'ai lu que les vitraux sont censés éclairer la statue de St Antoine Ermite tous les 17 Janvier et que le chiffre 22 est souvent représenté,

( référence au nombre de lettres de l'alphabet hébraïque et aussi arcane du tarot dit le "mat" ) or l'abbé Saunière est mort le 22 Janvier 1917. Si il a poussé le vice à mourir exprès à cette date là pour semmer un peu plus le doute dans nos esprits, je reste stupéfaite!!!

A trop faire le "malin", il est parvenu à ses fins, faire de son village, de son église et de sa propre personne une légende. D'ailleurs, comme les grandes stars de ce monde, il a sa statue de cire réalisée par le Musée Grévin que vous pourrez d'admirer dans le presbytère aux côtés de la statue de sa gouvernante Marie!

Petite anecdote qui a le mérite d'être soulignée. Lors de ma venue à Rennes le Château était organisé un festival de cinéma " le festival du film insolite" les 10 et 11 Août. Le président de ce festival était Pierre Richard, le héros de ma jeunesse, tant je suis aussi distraite et maladroite que lui! Durant la visite, bien qu'occupée par la découverte de l'univers de l'abbé Saunière, je ne pouvais m'empêcher de penser qu'il y avait quelque part Pierre Richard. Jouant de malchance, comme toujours, je n'ai pas pu le rencontrer, ni même l'apercevoir. En allant à Rennes le Château, j'ai moi aussi crée ma propre quête. Un trésor au final, ce n'est rien de plus qu'une excuse pour partir à l'aventure! Qu'importe s'il s'agit du trésor des Templiers ou de Pierre Richard, l'essentiel n'est pas le flacon, tant que l'on a l'ivresse!

© 2020 Aux oubliettes de l'Histoire

Created with Wix.com

  • Facebook Black Round