"Souvenir de l'amour" hommage de Jim Fergus aux femmes, à l'amour et aux artistes

S'il est une discipline sportive du cerveau qui permet de muscler notre esprit et d'assouplir nos connections neuronales, la lecture est sans nul doute celle que je préfère. Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours aimé lire. La lecture, c'est une parenthèse avec soi-même, c'est un moment privilégié qui nous lie à un auteur, à son univers et ses personnages. Et parfois, les histoires qu'on nous raconte nous touchent plus que d'autres. On garde alors précieusement certains ouvrages qui forment notre bibliothèque personnelle. Le livre dont je vais vous parler vient tout récemment de trouver sa place dans mon panthéon littéraire.

"Souvenir de l'amour, Chrysis" de Jim Fergus m'a surtout plu pour son pitch/sujet de départ. Lors d'un dernier voyage effectué en France avec sa compagne malade d'un cancer, l'auteur tombe sous le charme d'un tableau découvert dans une brocante. Il s'agit du tableau "Orgie" de Chrysis Jungbluth 1925. De retour en Amérique où sa compagne n'a plus que quelques jours à vivre, Jim Fergus lui offre le fameux tableau. Il s'agira pour sa compagne d'un ultime moment de joie. Elle lui demandera après sa mort de l'offrir à sa fille. Le tableau plait beaucoup à cette dernière mais elle s'interroge sur son origine. Comme un dernier acte d'amour et une envie d'exorciser sa profonde tristesse, l'auteur se lance alors dans une véritable enquête sur le destin de cette mystérieuse Chrysis. Mélant fait réels et fiction, Jim Fergus nous livre ici un ouvrage bien particulier, une ode à l'amour, la passion, la vie et l'art. Tout un programme!

La ligne narrative choisie par l'auteur nous présente tour à tour l'évolution de deux personnages: Bogey Lambert d'une part et Gabrielle "Chrysis" Jungbluth de l'autre. Cette narration en parallèle nous amène à suivre le fil de la vie de chacun d'eux jusqu' à leur inéviatble rencontre et la naissance de leur folle histoire d'amour. Ainsi nous apprenons à connaitre chacun d'entres eux, à les voir évoluer dans deux mondes différents. Il y a le jeune cow-boy plein de fougue et de courage qui quitte son colorado natal, la fleur au bout du colt, pour rejoindre, sur son cheval Crazy horse, le rang des soldats étrangers de la guerre 14/18. Et il y a la jeune Gabrielle qui vit dans un monde protégé, entourée de parents aimants issus de la bourgeoise française. Gabrielle a une âme d'artiste et elle décide très tôt de devenir peintre. Nous suivons alors son parcours dans le Paris des années 20. C'est cette partie-la du récit qui m'a le plus passionnée, en tant que femme et en tant qu'artiste. Jamais jusqu'alors ne n'avais lu les mots d'un homme décrire d'une telle justesse les désirs, les plaisirs, les espoirs d'une jeune femme. Il a su rendre palpable toute la splendeur, toute la fougue et la démesure de la jeunesse. Cette insouciance et cette légèreté typiques des années folles revivent sous nos yeux. L'odeur de la peinture, la vie de bohème, les moeurs légérès, cette envie de transgression permanante et surtout le début des mouvements féministes à qui l'on doit beaucoup de nos jours, tout y est retranscrit de manière magistrale. Ce sont des femmes comme Chrysis qui ont ouvert la voie aux générations futures, il est important parfois de le rappeler.

La réussite de cet ouvrage tient dans le fait qu'il mêle la petite et la grande Histoire, il touche à l'essence même des bouleversements d'une époque et à la naissance de la femme résolument moderne. Sous sa plume, les mots de Simone de Beauvoir prennent tout leur sens, "on ne nait pas femme on le devient". Quand à l'histoire d'amour qui va unir deux être que tout oppose, je vous laisse la découvrir. Sensuelle, charnelle, tendre, une de ces histoires que l'on aimerait avoir la chance de vivre une fois dans notre existence. Cette ode à l'être aimé fait écho à la propre histoire de l'auteur qui a perdu celle qui l'aimait mais qui l'accompagnera toujours. Ainsi l'écrit l'auteur: "Il arrive très rarement qu'on ait la chance et le bonheur de vivre un grand amour au cours de sa vie...aujourd'hui à la fin de ma vie, je suis heureux de pouvoir emporter dans la tombe un rêve qui ne m'a jamais quitté, le souvenir merveilleux de l'amour"

J'espère avoir su à mon tour trouver les mots justes pour vous donner envie de découvrir ce superbe livre. Pour finir de vous en convaincre, je vous propose quelques passages qui m'ont particulièrement plu. Morceaux choisis:


"Peut-être parce que ses parents n'avaient pas eu de fils et que Gabrielle n'avait jamais eu de frères pour lui faire croire autre chose, elle avait grandi dans la certitude qu'elle était l'égale des garçons, bien que ce ne fût clairement pas l'attitude dominante dans la culture de l'époque, ni au niveau de l'Etat, ni dans l'Ecole des beaux-arts."


"Chrysis aimait le monde pétillant des artistes de Montparnasse, ce mélange de peintres, musiciens, danseurs, d'écrivains et d'artistes en tout genre venus du monde entier, pour vivre dans un même esprit de liberté et de transgression. Elle aimait la vie des cafés, des bars, des cabarets, des bals et des bordels, la vitalité débordante de ces lieux, leur mouvement perpétuel, leur mystère et l'excitation qu'ils offraient aux sens...Les semaines et les mois défilaient,la jeunesse passait à toute allure, avec une telle intensité, et une telle frénésie qu'on se rend compte seulement une fois qu'il est trop tard qu'elle ne dure pas toujours."


"Elle était jeune, vivante, réceptive à toutes les stimulations, elle ne faisait pas de distinction entre l'art et la vie qu'elle embrassait avec un appétit insatiable."

© 2020 Aux oubliettes de l'Histoire

Created with Wix.com

  • Facebook Black Round