Docteur Who, plus qu'une série tv, un monument de la culture britannique!

Cela fait déjà un moment que je souhaitais consacrer un article de mon blog aux séries tv britanniques. Mais, je ne pouvais me lancer dans une telle entreprise sans vous avoir présenté la série qui, selon moi, surpasse toutes les autres, le Docteur Who. Cette série reste, à mes yeux, la plus belle création de fiction jamais réalisée pour la télévision à ce jour! Aujourd'hui, ce n'est pas une critique qui s'adresse à vous mais, une fan absolue, ce n'est donc pas la peine d'espérer de ma part une quelconque objectivité.

Docteur Who est la plus longue série télévisée de science-fiction jamais crée.

Son exceptionnelle longévité, lui vaut d'être devenue chez nos voisins britanniques une institution, un monument de la culture pop(ulaire) au même titre que James Bond, Mr Bean, Harry Potter, Chapeau melon et bottes de cuir ou les Beatles. Et si Elisabeth II d'Angleterre a été sacrée Reine en 1953, le Docteur Who a débarqué dans tous les postes de télévision des sujets de sa Majesté en Novembre 1963. Déjà plus de 50 ans qu'il voyage dans sa cabine téléphonique de police bleue, le Tardis, à travers le temps et l'espace emportant avec lui des générations de spectateurs. S'appuyant sur une idée scénaristique des plus brillantes, il s'est assuré une longue vie cathodique.

Le Docteur Who n'est pas un Maitre du kung-fu, ce que j'ai longtemps cru en ne me fiant au patronyme Who. C'est un Seigneur du temps, un humanoide extra-terrestre, seul survivant de sa race. Il possède deux coeurs et voyage à travers l'espace et le temps à bord de son improbable vaisseau spatial : une cabine de téléphone bleue appelée le Tardis. Petite à l'extérieur, elle abrite à l'intérieur un vaste vaisseau avec un tableau de bord digne de Star-Trek. Ce qui fait l'originalité du Docteur, c'est qu'il est immortel, du moins, il peut se régénérer en changeant de physionomie. Tel un serpent, il change de peau, mais sa mue ne lui permet pas de retrouver un corps identique. Il revient donc régulièrement à la vie sous une apparence différente. Ainsi, grâce à cette subtilité scénaristique, le personnage peut être interprété, au fil du temps, par des acteurs différents et permettre aux spectateurs de ne pas se lasser.

Le Docteur n'a pas de nom, du moins, c'est un personnage qui reste mystérieux et dont le nom n'est jamais révélé ou prononcé. Le titre de la série est, en fait, un habile jeu de mots. Quand on parle du Docteur Who, on veut dire le docteur qui ? (who en anglais).

Depuis l'invention de la série en 1963, de nombreux acteurs ont interprété le Docteur avec plus ou moins de succès. Certains ont su marquer les esprits plus que les autres. En fait, chacun a son Docteur préféré. De nombreux scénaristes se sont également penchés sur l'écriture de l'histoire créant une oeuvre tentaculaire, trouvant son inspiration dans l'esprit de plusieurs personnes. C'est un véritable monument, construit, pierre par pierre, pendant 50ans. Comme pour tout grand ouvrage, il y a eu de nombreux travaux et de nombreux changements stylistiques. La série a notamment connu deux grandes périodes, l'une entre 1963 et 1989 et l'autre de 2005 à nos jours.


-La première période est constituée de 26 saisons et de sept docteurs différents. Hélas, la majeure partie des épisodes des premières saisons, entre 1963 et 1978 ont disparu. En effet, les bobines de pellicule qui servaient à filmer, faute de budget, étaient régulièrement effacées, pour filmer à nouveau par dessus. Certains épisodes diffusés sur des chaines étrangères qui en ont conservées des copies refont régulièrement surface. A partir de 1978, l'invention et l'utilisation des vidéos cassettes, plus abordables, permis de ne plus effacer les copies. La fin des années 80 marque l'arrêt de la série. Le public est resté fidèle mais, les diffuseurs se sont lassés et veulent lancer de nouveaux programmes. Le Docteur traverse alors une lente traversée du désert qui durera 15ans.


-Entre 1990 et 2004, il y a eu quelques tentatives de reprises sous la forme notamment de documentaires, de téléfilms ou d'épisodes spéciaux. Il faudra attendre la création d'une nouvelle équipe d'auteurs pour relancer le projet, notamment, avec le producteur scénariste Russell T Davies. Puis, ce sera au tour de Steven Moffat, producteur et scénariste de nombreuses séries de qualité, dont la série Sherlock, de redonner un coup de jeune à la série.


-La nouvelle période des aventures du Docteur dans les années 2000 est celle qui m'a permis de découvrir cette série culte. Je n'ai jamais vu les anciennes saisons. La première saison de cette ère moderne du Docteur présente un docteur assez sombre, interprété par Christopher Eccleston, et qui a pour compagne de voyage, Rose Tyler. Car, je ne vous l'avais pas précisé, le Docteur ne voyage pas seul. Il rencontre, au gré de ses pérégrinations, des personnages qui décident de le suivre et de découvrir avec lui des mondes mystérieux. Christopher est le neuvième Docteur. Il ne restera qu'une seule année, le temps de relancer la série.


-Vient ensuite le plus populaire des interprètes du Docteur, David Tennant. Cet acteur, a depuis, conquit le petit et le grand écran en jouant dans les séries Broadchurch et Jessica Jones ainsi que dans Harry Potter et la coupe de feu. Il assurera le rôle durant 4 années. Il aura plusieurs compagnons de voyage, Rose Tyler, Martha Jones et Donna Noble. Petite anecdote amusante, David Tennant a toujours rêvé de jouer le rôle du Docteur. Enfant, il était fan de la série dans les années 1980. A l'époque, le Docteur était joué par Peter Davidson. Comble du sort, il a épousé la fille de ce dernier (qui est également actrice) qu'il a rencontré sur le tournage d'un épisode du Docteur où elle joue justement sa fille!


-Le onzième Docteur est le plus jeune de tous. Lorsque Matt Smith décroche le rôle il n'a que 28ans. Il sera présent pendant 3 années de 2010 à 2013. Il aura pour compagnon de voyage un couple Amélia Pond et Rory Williams. Le fait d'intégrer un couple permet de mettre en place des rebondissements scénaristiques très intéressants. Puis, Clara Oswald, la fille spéciale. Deux autres personnages sont récurrents de la série, ils sont présents avec David Tennant et Matt Smith, le capitaine Jack Harkness et l'archéologue River Song.


-Depuis 2014, un douzième Docteur est apparu sous les traits de Peter Capaldi. Âgé de 58ans, il permet de faire un changement radical dans le déroulement de la série. Après un jeune et séduisant Docteur, un plus vieux et plus ronchon ouvre une autre vision du personnage. Ces rapports avec Clara, sa compagne de voyage s'en trouveront bouleversés.


Cette présentation, bien que longue, était nécessaire pour que vous compreniez d'où vient cette série. Ce qui est à la fois passionnant et frustrant, c'est le changement de l'interprète principal. On s'attache aux personnages, et on a souvent du mal à accepter le nouveau visage du Docteur. Mais, le fait de savoir qu'ils peuvent disparaître crée un enjeu dramatique supplémentaire. Et, cette immortalité spéciale, rend aussi les rapports avec les compagnons de voyage fragiles et inconstants. Même si la série se déroule dans un univers de science-fiction, les voyages à travers l'espace et le temps sont comme des instants de la vraie vie, tristes ou joyeux, éphémères ou répétitifs. Vivre aux côtés d'un tel compagnon peut être grisant comme exténuant. Sans lui, le monde redevient un peu trop normal mais, avec lui, les prises de risques peuvent êtres effrayantes. Car, le Docteur a de nombreux ennemis qui revêtent de biens différentes apparences.

Il y a les Daleks, des machines extraterrestres qui n'ont qu'un mot qui résonne dans leurs circuits, "exterminer". Et les Cybermen, des hommes devenus des soldats en armure qui n'ont plus d'âme. Ils ressemblent aux personnages du film futuriste de Fritz Lang, Metropolis. On pourrait même leurs trouver une ressemblance avec C3PO de Star-Wars.

Il y a aussi des planètes entières à sauver peuplées d'êtres aux multiples formes. Les effets spéciaux et maquillages sont une belle réussite, à faire pâlir d'envie les séries us. La planète Terre est également au coeur des batailles du Docteur. Plusieurs fois, il sauve les humains d'une fin tragique. Mais, bien souvent, se sont les terriens eux-mêmes qui deviennent leurs propres ennemis et qui pourraient s'autodétruire tous seuls. Cette vision de l'humanité est aussi l'occasion de réflexion sur notre propre propension à la destruction. Et puis, il y a des petits moments de grâce où les compagnons du Docteur se retrouvent confrontés à des personnages historiques qui ont vraiment existé, comme William Shakespeare, la Reine Victoria, Van Gogh, Agatha Christie, Winston Churchill...Certains grands moments de l'Histoire sont revisités. Et l'on se prend à rêver que certains évènements de notre histoire ont été réellement influencés par le Docteur.

Finalement, si la série Docteur Who est un succès depuis tant d'années, au Royaume-Uni mais aussi à l'étranger (on compte plus de 7 millions de fans à travers le monde) c'est que son personnage principal nous ressemble tout en restant un mystérieux personnage sans nom. Il n'a pas d'identité propre, il est ce que l'on a envie qu'il soit. Il est le Docteur de notre inconscient, il est le Docteur de notre âme, il est l'ami imaginaire dont on a tous rêvé.

Il a mis du temps à traverser la Manche pour venir sur nos écrans de télévision. Aujourd'hui, il est diffusé par France 4. Mais, il faudra attendre 2017 pour voir ses prochaines aventures. Il sera entouré de nombreuses personnalités, des guests, tel que Maisie Williams, la jeune actrice qui joue Aria Stark dans Game of Thrones ou, David Suchet, le célèbre interprète d'Hercule Poirot. Du haut de ses 70ans, il s'est dit ravi de rejoindre le casting du Docteur, étant lui-même un fan de la série comme la plupart de ses compatriotes. Car, comme je vous le disais en introduction, le Docteur Who est une institution en Grande Bretagne.

Depuis la reprise de la série en 2005, tous les Noel, les britanniques attendent avec impatience de voir l'épisode spécial du Docteur. La série a même engendré une expression anglaise devenue populaire "behind the sofa" qui signifie "derrière le canapé". En effet, pour les plus jeunes qui regardent le Docteur, certaines scènes font peur, ils se réfugient alors derrière le canapé.

Vous l'aurez compris, je vous invite à découvrir l'univers du Docteur Who. L'histoire est parfois complexe, moi-même je m'y perds mais, lorsqu'on franchit la porte du Tardis, on n'a plus envie d'en sortir. Quelque soit votre âge, vos origines, vous trouverez dans le Docteur celui que vous souhaitez qu'il soit. Il n'a pas besoin de nom, il est et sera, pour longtemps encore, le Docteur!

Mots-clés :

© 2020 Aux oubliettes de l'Histoire

Created with Wix.com

  • Facebook Black Round